Scroll-downicon-faxLogoicon-mailScroll-downicon-phoneScroll-downScroll-down

Viande en 2018: Hausse de la production globale

En 2018, la demande en viande était forte au niveau mondial en dépit des vents contraires dans les pays développés. L’évolution favorable des prix des aliments en raison d’une récolte céréalière record a été une aubaine pour les producteurs d’animaux monogastriques.

Par ailleurs, les conditions d’herbage ont été bonnes dans la majeure partie du monde (à l’exception de l’Australie, du Canada et de l’Amérique du Nord en raison de la sécheresse ), malgré le fait que 2018 a été une des années les plus chaudes depuis le début de l’enregistrement des températures.

Renversement après le surplus

Ainsi, la productivité s’est accrue dans de nombreux pays. 2018 a également été caractérisé par des signes d’offre excédentaire, ce qui a engendré une pression sur les prix dans certains pays. L’épidémie de peste porcine africaine en Chine a cependant provoqué un renversement de la vapeur. La pénurie sur le marché chinois a ainsi provoqué des augmentations de prix
et des besoins d’importations, le tout s’accompagnant vraisemblablement d’une diminution de la consommation.

De la viande de porc aux autres types de viande

Suite aux pénuries de viande et aux augmentations des prix de la viande porcine, la demande s’est déplacée vers d’autres types de viande, ce qui a eu un impact sur les prix et la production des principaux pays exportateurs. La transition des fermes traditionnelles vers des structures de production modernes et industrielles en Chine s’est, de ce fait, fortement  accélérée.

Production mondiale de viande.jpg